Picasso: Fernande Olivier (1904) – B1


__________________________________________________________
We oefenen voegwoorden: ‘maar, terwil, echter…’, (conjonctions). Zie de theorie op:
voegwoorden: ‘maar, echter, terwijl…’

We oefenen: ‘toch’ (voegwoorden / signaalworden (conjonctions): cependant, pourtant, quand même
__________________________________________________________

Un jour d’orage

Picasso se trouve à Paris, il habite et travaille dans un immeuble appelé le Bateau-Lavoir, à Montmartre:

    “Le bleu dominait toujours sur ses toiles, mais une lueur rose commençait à s’y introduire, annonçant un changement capital dans son existence. L’après-midi du 4 août 1904, au milieu d’un orage inattendu, il regagnait son atelier, portant un petit chat qu’il avait sauvé de la tempête, quand une femme superbe et sculpturale se précipita dans le Bateau-Lavoir trempée jusqu’aux os. Il lui barra le chemin et lui jeta le chaton dans les bras en guise de cadeau et de présentation. Il éclata de rire et elle rit avec lui. Puis il l’emmena visiter son atelier… C’était en fait le début de sa première véritable liaison, la première fois de sa vie qu’il s’engageait avec une femme, non pas ‘jusqu’à ce que la mort nous sépare’, mais du moins jusqu’à ce que leur union cesse d’être passionnée, inspiratrice ou commode.” [Picasso créateur et destructeur, p. 104]

Fernande était belle et beaucoup plus grande que Picasso. Quand quelqu'un lui faisait des compliments sur elle, il disait: 'oui, mais elle est vieille' (bien qu'ils avaient le même âge...)  Il avait peur de la perdre et il lui trouvait des défauts...

Fernande était belle et beaucoup plus grande que Picasso. Quand quelqu’un lui faisait des compliments sur elle, il disait: ‘oui, mais elle est vieille’ (bien qu’ils avaient le même âge…) Il avait peur de la perdre et il lui trouvait des défauts… On les voit tous les deux ici avec les deux chiens de Picasso

Au début Picasso a du mal a reconnaître l’importance de Fernande dans sa vie. Pourtant elle devient indispensable pour lui, il lui demande d’être à côté de lui à tout instant. De nature très tranquille, elle calme Picasso, tandis que lui avait souvent des vagues à l’âme, des changements d’humeur prononcés.

Et Fernande s’inventa tout de seule
Fernande est jeune elle a 23 ans, le même âge que Picasso, mais en revanche elle avait déjà un long passé: à 17 ans elle était tombée enceinte d’un employé de son père. Elle avait eu un bébé, et à 5 ans le père l’avait épousée. Cependant ils avaient disparu tous les deux peu après, et Fernande épouse alors le sculpteur Gaston de Labaume.

    “Dans la version pleine d’invention que Fernande donnait de sa vie elle n’avait jamais eu d’enfant ni de mari employé de magasin. Au lieu de cela, elle avait fait à dix-sept ans ce qu’elle décrivait comme ‘un essai matrimonial des plus malheureux'” [Picasso créateur et destructeur, p.106]
La belle  Fernande était modèle, mais après avoir connu Picasso il était absolument interdit de poser pour d'autres artistes. Elle n'avait même pas le droit de faire des courses.

Alors que la belle Fernande était modèle, après avoir connu Picasso il était absolument interdit de poser pour d’autres artistes. Elle n’avait même pas le droit de faire des courses.

Voici ce que disait Gertrude Stein, une grande riche amie américaine et mécène de Picasso:

    “En bien ou en mal, disait Gertrude Stein, tout chez Fernande était naturel. Elle était naturellement intelligente, naturellement créatrice et naturellement paresseuse. Elle peignait et elle dessinait mais elle préférait utiliser son talent créateur à inventer une vie, un passé et un nouveau nom. Le nouveau nom était Olivier et ce fut en tant que Fernande Olivier qu’elle entra dans l’univers de Picasso pour devenir sa première maîtresse officielle” [Picasso créateur et destructeur, p.106]

Picasso possessif
Picasso a beau avoir des exigences Fernande écrit:

    ” ‘-Par une sorte de jalousie morbide, Picasso m’obligeait à vivre comme une recluse. Mais avec un peu de thé, des livres, un canapé, pas trop de ménage à faire, j’étais très, très heureuse. J’étais, j’en conviens, extrêmement paresseuse’-. Son indolence juvénile et sa sensualité constituaient la pierre angulaire de leurs rapports” [Picasso créateur et destructeur, p.107]
    _______________________________________________________

    Quiz Picasso - vocabulaire et conjonctions

    Nous apprenons du vocabulaire et des conjonctions (voegwoorden / signaalwoorden)


    _______________________________________________________
    Picasso… “lui interdisait catégoriquement de faire les courses, sa jalousie créant des visions cauchemardesques de Fernande abordée dans les rues de Montmartre et succombant aux avances d’autres hommes…” [Picasso créateur et destructeur, p.107]

image

NB:
Pour voir l’oeuvre de Picasso par ordre chronologique faites clic sur la ligne bleue: Oeuvre de Picasso 3332