Picasso et Manyac, marchand de tableaux à Paris (1899) – B1/B2


__________________________________________________________
We oefenen:
Woordjes Frans, Frans lezen
Imparfait, passé simple (verleden tijd)
__________________________________________________________

  • Let op het gebruik van de imparfait:
  • De imparfait wordt gebruikt om aan te geven dat iets in het verleden is gebeurd
  • Met de imparfait wordt achtergrond informatie gegeven (omstandigheden, situatie toestand, verklaring, commentaar)
  • Picasso gagne son premier salaire

    Picasso adorait le contact avec les catalans de Paris. L’un d’eux s’appelait Manyac, il était marchand de tableaux.

    Manyac, une trentaine d’années, belle allure, sait se présenter. À Barcelone il avait une usine, et aussi une certaine préférence pour les jeunes hommes. Il est aussitôt fasciné par Picasso et il lui offre 150 francs par mois pour les toiles qu’il peignait. Il se propose aussi comme son guide et protecteur.

    Cette somme était intéressante, le loyer de l’atelier coûtait 15 francs et à l’époque se nourrir coûte 2 francs par jour. Cela rend Picasso indépendant financièrement, mais à la fois dépendant aussi de Manyac, ce qui le dérangeait.

    Germaine  (Picasso  1900)  cette jolie peinture a été vendue en 2001 à Christies à un collectionneur privé pour $830.000

    Germaine (Picasso 1900)
    cette jolie peinture a été vendue en 2001 à Christies à un collectionneur privé pour $830.000

    Ces dames

    D’autre part les dames donnaient bien des ennuis à Picasso et à Casagemas: d’un côté une prostituée, Rosita, tombe amoureuse de Picasso et s’y accroche trop, ce qui était très ennuyeux… Tandis que Casagemas de son côté sombrait dans la boisson et les idées suicidaires à cause de l’indifférence de Germaine, une des modèles avec qui ils partageaient leur logement.

    Casagemas (Picasso 1900)

    Casagemas (Picasso 1900)


    C’est Noël et Picasso rêve de rentrer en Espagne, il y retourne avec son ami Casagemas. Il passent par Barcelone et puis descendent rapidement dans le Sud, à Malaga. Là-bas Picasso invente un traitement pour guérir Casagemas de son mal d’amour: danseuses, spectacles, bordels et aventures piquantes. Mais ça ne marche pas, Picasso s’en lasse, demande de l’argent à son oncle et envoie Casagemas à Barcelone. Picasso reste en Espagne et part à Madrid, où il y passe un hiver un peu triste et froid, toujours maintenu par Manyac. Casagemas entre temps est rentré à Paris.

    La lettre
    Et voilà qu’il reçoit une lettre d’un ami:
    ” Le 17 février Casagemas avait invité Germaine, Odette, Pallarès, Manolo et Riera à un dîner d’adieu avant de rentrer à Barcelone. Cela se révéla être un adieu beaucoup plus définitif. En s’écriant << Voilà pour toi! >> il avait brandi un pistolet et tiré dans la direction de Germaine. << Et voilà pour moi >>, avait-il crié ensuite, et il s’était tiré une balle dans la tête. Germaine s’en était sortie sans dommage, mais lui était mort à l’hôpital quelques heures plus tard.
    La mère de Casagemas fut tuée par le choc lorsqu’elle apprit la nouvelle de la mort de son fils. ” [p. 75 Picasso créateur et destructeur]

    Picasso peint Casagemas sur son lit de mort, bien qu'il ne l'ait pas vu. Nous pouvons voir  sa blessure sur la tempe. La bougie donne à penser.

    Picasso peint Casagemas sur son lit de mort, bien qu’il ne l’ait pas vu. Nous pouvons voir sa blessure sur la tempe. La bougie donne à penser.


    Picasso devient peu à peu sombre et angoissé par la mort de son ami. Il peint de nombreux portraits de Casagemas mort et rentre dans sa periode bleue.
    1372