Picasso: Barcelone – passé simple

De la Corogne à Barcelone

  • Le père de Picasso demande (demanda) un transfert à Barcelone après la mort de sa fille Conchita et ‘l’exil’ du premier amour de Picasso, Angeles, envoyée par ses parents dans une autre ville, loin de Picasso.
  • Barcelone à la fin de XIXème siècle
    Picasso se retrouve (se retrouva) à Barcelone, où l’ambiance était assez révoltée.

  • Les paysans espagnols, très pauvres se rebellaient, les anarchistes gagnaient du terrain.
  • Il y avait des attentats à la bombe à l’Opéra de Barcelone, avec des morts, des protestations, suivis de dures répressions, ce qui alimentait les révoltes.
  • Le peuple espagnol, très croyant, était déçu du manque de solutions que l’Église et le pouvoir offraient aux conditions de vie très dures d’une grande partie de la population.
  • Barcelone se rebellait contre le gouvernement qui n’avait pas su lui transferer des pouvoirs et des responsabilités.
  • La vie d’étudiant de Picasso

  • La vie d’étudiant d’art -très dissipé- ravit (ravit) Picasso, la liberté, les camarades… il menait la vie qui lui plaisait. Dès quinze ans il passait des heures dans les bordels de Barcelone. Un de ses meilleurs amis était Pallarès.
  • Le père pose comme médecin. La malade est une mendiante à qui Picasso a demandé de poser. Le petit garçon est le fils de cette mendiante. La nonne est un garçon déguisé. Picasso a 16 ans.

    Le père pose comme médecin. La malade est une mendiante à qui Picasso a demandé de poser. Le petit garçon est le fils de cette mendiante. La nonne est un garçon déguisé. Picasso a 16 ans.


    Premier succès

  • À Barcelone Picasso gagne (gagna) un concours de peinture avec un tableau qui représentait ‘la Science et la Charité’. Son père pose (posa) comme le médecin, une mendiante fait (fit) la malade et un garçon se déguise (se déguisa) en nonne.
  • À cette époque il peint (peignit) aussi ‘le Christ qui adore le diable…’
  • Picasso était partagé, aussi bien en peinture qu’au niveau personnel, entre suivre les règles et la vie conventionnelle et l’expérimentation.
  • Passage à Madrid et Horta

  • Puis il part (partit) à Madrid, à l’école de Beaux Arts de San Fernando, financé par sa famille.
  • Là-bas il fait (fit) surtout la fête, visite (visita) les bordels, ne va pas (n’alla pas) aux cours, et ne travaille (travailla) pas du tout.
  • Son père continue (continua) à le soutenir mais Picasso prenait ses distances, le conflit avec le père adoré s’installait. Picasso trouvait son père triste et sans intérêt, il le peint (peignit) aussi de cette façon. Il n’appréciait plus ses conseils ni ses critiques, le méprisait et à la fois voyait en lui un rival. Il préfèrait sa mère qui le voyait parfait.
  • Puis à Madrid Picasso finalement tombe (tomba) malade et rentre (rentra) à Barcelone. Son ami Pallarès l’invite (l’invita) à l’Horta de Ebro, son village dans les montagnes.
  • Là- bas il passe (passa) une temps merveilleux dans une grotte, avec Pallarès et un gitan, peintre aussi.
  • Picasso à cette époque-là peint (peignit) la nature avec une grande beauté, et devient (devint) très ami du gitan. Mais celui-ci part (partit) soudainement et laisse (laissa) Pablo stupéfait. L’ Horta était vide après le départ de son ami, et il en repart (repartit) déprimé.
  • Picasso rentre (rentra) à Barcelone, il était d’humeur noire et la ville était très sombre aussi. En 1898 l’Espagne avait perdu ses dernières colonies dans des désastres militaires, le gouvernement était ‘suicidaire’, beaucoup de pauvres et de soldats démobilisés ou invalides demandaient la charité dans les rues.
  • L’amitié avec Casagemas

  • Beaucoup d’écrivains et d’artistes rallient (rallièrent) le socialisme et l’anarchisme. Les nouvelles idées rentraient en Espagne, l’Église était critiquée et mise de côté, la puissance de soi-même devient importante, tout à fait intéressant pour Picasso.
  • Le café Quatre Gats à Barcelone a comme clients beaucoup d'artistes et écrivains. Picasso, à 16 ans, fait une affiche pour le propriétaire Romeu, style Toulouse -Lautrec. Celui-ci l'apprécie et l'utilise pour la carte.

    Le café Quatre Gats à Barcelone a comme clients beaucoup d’artistes et écrivains. Picasso fait une affiche pour le propriétaire Romeu, style Toulouse -Lautrec. Celui-ci l’apprécie et l’utilise pour la carte.

  • Casagemas, jeune peintre, assez riche, fils du consul des États-Unis à Barcelone devient (devint) son meilleur ami. Casagemas adorait Picasso, il loue (loua) un atelier avec lui. Picasso peignait et Casagemas payait.
  • Comme Picasso Casagemas aimait aussi beaucoup les femmes mais ses amours sont (furent) surtout platoniques. Picasso essaye (essaya) même de l’aider en lui présentant une certaine Rosita de Oro, sans succès.
  • Cet ami n’avait pas confiance en soi, aimait les cimetières et ne travaillait pas son art. C’est (ce fut) un choix d’ami surprenant pour Picasso, mais Casagemas l’admirait énormément et lui permettait d’être plus indépendant de son père.
  • Le rêve de Picasso était de partir à Paris, le centre de l’art de l’époque. Finalement son père lui achète (acheta) un billet d’aller retour. Pallarès avait du travail et ne pouvait pas l’accompagner, il y va (y alla) avec Casagemas.
  • Arrivée à Paris

    À Paris, à Montmartre, il trouve (trouva) rapidement où se loger et un atelier pour peindre. Il ne parlait pas Français, et ne pouvait pas bien communiquer. Mais il n’a (n’eut) pas de problèmes avec les dames…

    Il s’installe (s’installa) ensemble avec Casagemas, Odette et Germaine, modèles. Odette sortait avec Picasso et Casagemas était amoureux de Germaine. Il font des projets de travail et d’horaires sérieux pour être très productifs.

    L’oeuvre de Picasso: faites clic sur la ligne bleue
    Oeuvre de Picasso par ordre chronologique 1621